Ethnic Cleansing in Sheikh Jarrah: The case of the Hannoun family

When you stand on the Mount of Olives opposite Jerusalem looking out at the vast expanse of desert that stretches toward the West Bank in the distance, the towers of Ma’ale Adumim block your view.  Reaching up far higher than any Palestinian building, the starchy white skyscrapers of this illegal settlement block of 33,000, mostly Orthodox Jews, stick out of a patch of desert with luxurious red-roofed villas and palm trees surrounding them.  Ma’ale Adumim was established by 23 Israeli families in 1975 and was recognized two years later by the Israeli government of Prime Minister Menachem Begin, the commander of the terrorist Irgun militia and Prime Minister from 1977 to 1983 who proclaimed in 1948, “The Partition of Palestine is illegal. It will never be recognized… Jerusalem was and will for ever be our capital. Eretz Israel will be restored to the people of Israel. All of it. And for Ever.”
Since this date the Israelis have been slowly but consistently tearing away at the originally Palestinian-majority city.  In 1948, the city was divided into two halves, the eastern half annexed by Jordan in 1950.  In 1967, the Israeli military occupied East Jerusalem imposing Israeli law, confiscating 34% of Palestinian land for Jewish settlements and 54% for “open green space” – or future development – leaving a little more than 12% for Palestinians in East Jerusalem.  In 1980, under military occupation, Jerusalem was declared the undivided “capital of Israel.”  As the number of construction projects have increased dramatically over the past two years, the settler population is now up to 225,000 while Palestinians number just 30,000 more.  Additionally, with the completion of the separation wall, 30% of which lies outside the Green Line, 120,000 East Jerusalem Palestinians will be cut off from the city while 142,000 Israeli settlers will be brought in, in effect shifting the “democratic majority” to a solid Israeli advantage.  Palestinian Jerusalem is fractured even more by the Israeli political agenda which enforces racist laws allowing Jews access to public housing within 80% of the city, allowing them to build up to eight stories  – whereas Palestinians are technically only allowed two – and canceling thousands of Palestinian ID cards forcing over 10,000 of them to leave the city or live there clandestinely over the last few years.
The Hannoun family are one of the few that have been determined to remain at all costs, fighting for the last 37 years, making their case the longest running in Israeli legal history.  Maher Hannoun welcomes us warmly into the house where he and his two brothers and their families, numbering 17 in all, have lived since before Maher, 51, was born.  The family shares their mint tea and hookah, and Maher invites us to the patio where he chain smokes and recounts his life.  As refugees from Nablus and Haifa respectively, his mother and father came to Jerusalem following the Nakba, where the Jordanian government was working with the United Nations Relief and Works Agency to construct houses for fleeing Palestinians.  The family moved into the house in 1956, and stayed for the three years required to transfer ownership to them from the Jordanian government.  In 1964, they added on new sections to the house, receiving permission to rent or build, thus assuming that ownership had been transferred to them.  However, in 1967 a sephardic settler group claimed that a sacred Jewish tomb was located in the center of this community of 28 Palestinian families, and following the Naksa (or Six Day War) they took over a house in the community while one of the families was out of the country.  In 1972, they claimed the other 27 houses in the neighborhood which began a series of court cases that lasted for the ensuing 37 years.
Maher carefully recounts the details letting the ash on his cigarette build up until it falls off on its own.  The first case, he says, was for only four houses and the Israelis lost, the Jordanian documents being declared legitimate.  “Their strategy is to take a few at a time so that they don’t win or lose all at once.”  And in fact once the Israelis gain a foothold they can use the military and violent settler tactics to make life miserable for the rest of the community, he adds.  In 1982, they chose four more houses, including the Hannoun family’s, once again attempting to chip away at the neighborhood, and the Palestinians hired an Israeli lawyer to represent them as Palestinian lawyers were refusing to work in Israeli courts at the time.  In the end, the lawyer made a deal without consulting the residents, legalizing a fake Ottoman document from 1875 which legitimized the sephardic group’s claim to the land, yet gave the Palestinians protected tenant status.
Allowing the rent to build up for 10 years, in 1992 the settler group sued for payment of rent which the Palestinians obviously couldn’t afford.  “I would have been able to buy two houses for what they were asking,” Maher says.  In 1994 a judge froze the case but in 1999 another judge called for the families to pay roughly 40,000 dollars to the Israelis, and consequently ordered the police to take the family’s furniture to pay for the rent.  Maher: “My mother who is an American citizen was very sick at the time and the only thing they left was the bed for her to die on.”
In 2002 the court gave them 18 days – until the 19th of April – to leave the house.  On the 22nd at midnight, over 500 armed policemen arrived, closed the area, and kicked out the two families – the Hannouns and the Al-Gawis, 51 people in all – after a three hour struggle.  For the next two months they lived with a neighbor and then were forced to rent elsewhere in the city until 2006 when their Palestinian lawyer told them to return to their house without a court order.  The community came together to force out the settlers and the Hannouns could once again live in their home, momentarily in peace.
In 2007, the sephardic group sold the land to an Israeli-American company known for settlement construction, Nahalat Shemoun, which submitted a project to the Israeli municipality of Jerusalem in which it proposed to demolish the 28 houses in Sheikh Jarrah and build 250 settlement units to house Jewish immigrants, which included a shopping mall.  The case was again sent to court after which a court order was delivered in 2008 to re-evacuate the houses.  Maher was sent to jail for three months for not respecting court’s decision.
After more trials and tribulations, another evacuation deadline was made on the 28th of March 2009.  Many internationals came to stay in the Hannoun house, and consulates from the US, Britain, France, Sweden and the Czech Republic sent their support.  This time, if the family didn’t evacuate the house by May 4th, Maher would once again go to jail: “They treated me as if I’m a criminal and a terrorist for wanting to stay in my home,” he said.  The order was renewed again for the date of July 19th after which the family will have to pay fines for every day they remain in the house – and this on top of the tens of thousands they already owe.
Maher says an example is being made out of him.  While this is true, looking out at Ma’ale Adumim it is clear that something more systematic is at work.  The banner hanging over the Hannoun’s house “Stop Ethnic Cleansing” seems to identify exactly what Israeli political policy is about; the organized expulsion and purification of a city’s undesired inhabitants.
To support the Hannoun family go to www.standupforjerusalem.org and sign the petition.  Read the call to action for Monday the 13th of July and take part in actions in front of Israeli embassies and consulates around the world.  Call and harrass elected officials in the week leading up to the 19th and tell them the Hannoun and Al-Gawi families must stay in their homes!

En Français: Lorsque vous êtes sur le côté ouest du Mont des Oliviers, vous voyez la vaste étendue de désert qui s’étend vers la Cisjordanie. Mais dans le lointain, les tours de Ma’ale Adumim bloquent la vue. Beaucoup plus élevées que les constructions palestiniennes, les gratte-ciels féculents et blanc de cette colonie illégale de 33.000 personnes, pour la plupart juifs orthodoxes, se dresse dans un bout de désert rouge entourée de villas de luxe et de palmiers.
Ma’ale Adumim a été créée par 23 familles israéliennes en 1975 et a été reconnu deux années plus tard par le gouvernement israélien du Premier ministre Menachem Begin. Pour rappel, ce dernier a été commandant de la milice terroriste Irgun et Premier ministre de 1977 à 1983. C’est lui qui a proclamé en 1948 “La partition de la Palestine est illégale. Elle ne sera jamais reconnue … Jérusalem était et sera à jamais notre capitale. Eretz Israël sera rendue à la population d’Israël. Tout d’elle. Et pour toujours.”
Depuis cette date, les israéliens ont lentement mais constamment déchiré les origines majoritairement palestiniennes de cette ville. En 1948, la ville était divisée en deux moitiés, dont une annexée par la Jordanie en 1950. En 1967, l’armée israélienne de Jérusalem-Est occupe et impose la loi israélienne. Elle confisque 34% des terres palestiniennes au profit des colonies juives et 54% pour “des espaces verts” – ou de futur développement – en laissant un peu plus de 12% pour les palestiniens de Jérusalem-Est. En 1980, sous l’occupation militaire, Jérusalem a été déclaré la “capitale d’Israël” unie. Comme le nombre de projets de construction a augmenté de façon spectaculaire au cours des deux dernières années, la population de colons est maintenant à 225.000 personnes, alors que les palestiniens en comptent 255.000. En outre, avec l’achèvement du mur de séparation, dont 30% se trouve à l’extérieur de la Ligne verte, 120.000 palestiniens de Jérusalem-Est seront coupés de la ville, tandis que 142.000 colons israéliens se retrouveront à l’intérieur. Cette nouvelle donne démographique provoque un renversement de la “majorité démocratique” en faveur d’un solide avantage israelien. Les palestiniens de Jérusalem sont encore plus isolés par les autorités israéliennes, et subissent les lois racistes juives qui réservent aux juifs 80% des logements publics de la ville, leur permettant de construire jusqu’à huit étages alors que les palestiniens n’ont le droit qu’à deux, et l’annulation de milliers de cartes d’identité palestiniennes forçant plus de 10.000 d’entre eux à quitter la ville ou à y vivre clandestinement au cours des dernières années.
La famille Hannoun est un des cas de ces palestiniens déterminés à rester à tout prix, en lutte pendant ces 37 dernières années, ce qui rend leur procès le plus long de l’histoire juridique en Israël. Maher Hannoun nous accueille chaleureusement dans la maison où lui et ses deux frères et leurs familles, qui comptent 17 personnes en tout, ont vécu depuis que Maher, 51 ans, est né. La famille partage leur thé à la menthe et le narguilé, Maher nous invite sur sa terrasse où il fume comme un pompier et raconte sa vie. Des réfugiés de Naplouse et Haifa, respectivement, sa mère et son père sont venus à Jérusalem suite à la Nakba, quand le gouvernement jordanien a commencé à travailler avec l’Organisation des Nations Unies de secours et de travaux pour construire des maisons pour les palestiniens qui fuyaient. La famille a déménagé dans la maison en 1956 et est resté pour les trois années nécessaires pour transférer la propriété du gouvernement jordanien à leur nom. En 1964, ils ont rajouté de nouvelles sections à la maison, recevant la permission de louer ou de construire, et donc supposant que la propriété leur avait été transférée. Toutefois, en 1967, un groupe de colons séfarades affirme qu’un tombeau sacré juif se situe dans le centre de cette communauté de 28 familles palestiniennes, et suite à la Naksa (ou guerre des Six Jours), ils profitent de l’absence d’une des familles (alors en vacances à l’étranger) pour occuper leur maison. En 1972, ils prétendent détenir les 27 autres maisons du quartier ce qui lance une série de procès dont celui de la famille Hannoun.
Maher raconte soigneusement les détails de son histoire, laissant la cendre de sa cigarette tomber toute seule. Le premier procès, dit-il, concernait seulement quatre maisons et les israéliens ont perdu. Les documents de la Jordanie ont été reconnus légitimes. “Leur stratégie est de prendre un peu chaque fois afin de ne pas tout gagner ou tout perdre d’un coup”. Et, en fait, une fois que les israéliens peuvent prendre pied, ils pourraient ensuite utiliser l’armée et les tactiques de discrimination des colons pour rendre la vie misérable au reste de la communauté, ajoute-t-il. En 1982, ils ont choisi quatre autres maisons, dont celle la famille Hannoun, alors les palestiniens ont engagé un avocat israëlien pour les représenter parce que les avocats palestiniens ont refusé de travailler dans les tribunaux israéliens à l’époque. En fin de compte, l’avocat a fait une offre sans consulter les habitants, légalisant un faux document ottoman de 1875 qui a légitimé la réclamation du groupe séfarade sur les terres, mais a donné aux palestiniens le statut du locataire protégé . En laissant accumuler le loyer pendant 10 ans, en 1992, le groupe de colons est revenu au tribunal pour le paiement du loyer que les palestiniens de toute évidence ne pouvaient pas payer. “J’aurais pu acheter deux maisons avec ce qu’ils demandaient», explique Maher. En 1994, un juge a gelé l’affaire, mais en 1999, un autre juge a demandé aux familles de payer près de 35.000 euros aux Israéliens et, par conséquent, ordonné à la police de prendre les meubles de la famille pour payer le loyer. Maher: “Ma mère, qui est une citoyenne américaine, était très malade à l’époque, et la seule chose qu’ils ont laissé fut le lit pour qu’elle meurt dessus.”  En 2002, le tribunal leur a donné 18 jours – jusqu’au 19 avril – pour quitter la maison. Le 22 à minuit, plus de 500 policiers armés sont arrivés, ils ont fermé le quartier, et ont expulsé les deux familles – les Hannouns et les Al-Gawis, 51 personnes au total – après moins de trois heures de lutte. Pour les deux prochains mois, les Hannouns ont vécu avec un voisin, puis ont été contraints de louer ailleurs dans la ville jusqu’en 2006, année où leur avocat a dit à la famille de retourner dans leur maison sans ordonnance du tribunal. La communauté s’est réunis pour expulser les colons et les Hannouns pouvaient une fois de plus vivre dans leur maison, momentanément en paix.
En 2007, le groupe séfarade a vendu le terrain à une société israélo-américaine connue pour la construction des colonies, Shemoun Nahalat, qui a présenté un projet à la municipalité israélienne de Jérusalem, dans laquelle elle propose de démolir 28 maisons dans le quartier Sheikh Jarrah et de construire 250 logements pour des immigrants juifs, y compris un centre commercial. Le cas a de nouveau été envoyé au tribunal, et après une ordonnance livrée en 2008 les deux familles ont dû de nouveau évacuer leur maison. Maher a été envoyé en prison pendant trois mois pour non-respect de la décision du tribunal.
Après encore d’autres épreuves, un autre délai d’évacuation a été fait le 28 Mars 2009. Beaucoup d’étrangers sont venus pour rester chez les Hannouns, et les consulats des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne, de la France, de la Suède et de la République tchèque ont envoyé leur soutien. Cette fois-ci, si la famille n’a pas évacué la maison le 4 mai, Maher, encore une fois, irait en prison: «Ils m’ont traité comme si je suis un criminel et un terroriste de vouloir rester dans ma maison», dit-il. L’ordonnance a été renouvelée pour le 19 juillet, et après cette date la famille devra payer une amende pour chaque jour passé dans la maison – et cela rajouté aux dizaines de milliers d’euros qu’ils doivent déjà.
Maher se dit bouc-émissaire. Bien que cela soit tout à fait vrai, en regardant Ma’ale Adumim, il est clair que quelque chose de plus systématique est à l’œuvre. La banderole suspendue au-dessus de la maison des Hannouns “Stop à l’Epuration Ethnique” semble identifier précisément le programme des politiques israélien: l’expulsion organisée et la purification des habitants indésirables dans la ville de Jérusalem.
Pour soutenir la famille Hannoun, aller sur www.standupforjerusalem.org pour signer la pétition. Lire l’appel à l’action pour lundi 13 Juillet et faire partie des actions devant les ambassades et consulats israéliens dans le monde entier. Appeler et harceler les élus durant la semaine avant le 19 juillet en leur disant que les familles Hannouns et Al-Gawis doivent rester dans leurs maisons!

Advertisements

One Response to “Ethnic Cleansing in Sheikh Jarrah: The case of the Hannoun family”

  1. James D. Stilwell Says:

    Surely there must be numerous cell phone cameras at the ready on the 19th to record this dangerous tactic of home demolition and which will be long remembered. Transfer the footage to YouTube live as it happens. The images will find their way to all the national networks and receive airtime and set many minds in motion who until now have been ignorant. We must shame the United Nations who in the end will be held responsible for this mess they created in 1947. Both Jew and Arab are captives of a terrible era in recent human history — criminal religious prejudice. JDS

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s


%d bloggers like this: